top of page
  • Photo du rédacteurVictor Jeoffre

L'ice breaker, ou comment capter vos apprenants

Dernière mise à jour : 5 avr. 2023

Moment clé qui lance une dynamique et donne le ton, l’icebreaker répond à un besoin fondamental : l’attention de vos apprenants. Sans elle, pas d’apprentissage et pas de passage à l’action. S'il n'existe pas de recette unique, nous allons voir que certains ingrédients sont indispensables pour faire de vos formations des succès et réussir votre entrée en scène !


NB : cet article a été rédigé en partenariat avec Digiformag, magazine professionnel de référence dans le secteur de la formation professionnelle.



Pour commencer, suivez-moi, je vous ramène au lycée ! Souvenez-vous, c’était il n’y a pas si longtemps (quoi, vous avez dit 20 ans déjà ? 30 ans ? Personne n’est parfait ! ). Votre crush, votre bande de potes, la cantine qui finalement n'était pas si mauvaise, cette sonnerie du vendredi, en fin d’aprem, qui avait un goût de liberté et, pour les plus chanceux d’entre vous, cet enseignant qui vous a donné le goût d’apprendre ! Précision : si vous parlez du prof de sport ou d’art plastique ça ne compte pas, c’est trop facile. Mais quid de ce prof de math ou de français qui à fait naître en vous l’amour des chiffres ou des mots ? Il, ou elle, avait quoi de plus que les autres ? Du charisme ? De l’humour ? Un grain de folie (souvenez vous de John Keating, ce professeur joué par Robin Williams dans Le cercle des poètes disparus !) ? Un physique (qui n’a jamais fantasmé sur un prof) ? Un peu de tout ça peut-être ?


C’était il y a longtemps me direz-vous, nous avons grandi ! L’entreprise a remplacé l’école dans notre quotidien. La cantine est souvent meilleure, la bande de pote a un peu évolué, de même que les coupes de cheveux. Fini les sonneries, place aux notifications de mails pour nous rappeler à nos obligations. Votre crush est peut-être votre partenaire, ou simplement un souvenir à garder, ou pas ! Et ce prof, un peu extraordinaire, il vous est peut être arrivé de le croiser… en formation ! Non pas que l’ensemble des formateurs soit des John Keating version BtoB, mais il faut avouer que certaines ou certains sont particulièrement percutants quand il s’agit de former ! On les repère à leur capacité à vous saisir dès les premières minutes d’une formation. Les anglais disent “catch the attention”. Attraper l’attention. L’image est belle, et elle est surtout très vraie. On les repère aussi parce non seulement on se souvient d’eux, mais, plus important, à l’image de ce prof de lycée formidable, on a retenu, sans même sans rendre compte, le contenu ! Bref, on a appris, et on a bien appris !


Quelle est la recette de ces formateurs ?

Faut-il être charismatique, et sympathique, et beau !? Alerte spoiler : ça aide… mais ce n’est pas suffisant. Alerte spoiler 2 : il n’y a pas de recette miracle. Il existe une multitude de bons formateurs, avec à chaque fois des caractéristiques différentes, des sujets différents, des contextes différents. Aussi, dresser un portrait robot du parfait formateur serait une gageure.


Pour autant, on peut mettre en avant certains éléments décisifs et récurrents, qui tiennent plus de la méthode que de la personne. Impossible ici d’être exhaustif, c’est pourquoi je vous propose de nous focaliser sur un point crucial : votre entrée en scène !


Vous l'aurez compris, je parle bien sûr du fameux icebreaker

Pour les néophytes, je précise que l’icebreaker n’a rien à voir avec le brise-glace (le bateau), ou encore une pratique douteuse. Non, ce dont nous parlons ici est aussi simple que crucial : comment réussir vos premières minutes de formation !


Crucial vous avez dit !? Ouiiii ! Vous connaissez la pyramide de Maslow ? La base de la pyramide est constituée des besoins physiologiques (boire, manger). Et bien figurez vous qu’une pyramide de Maslow version formation existe ! A la place des besoins physiologiques, nous avons l’attention (puis comprendre, apprendre et utiliser) !

L’attention est donc notre besoin physiologique à nous, les formateurs ! Sans elle, pas d’apprentissage possible. Si le début de la formation est primordial pour l’apprenant, elle l’est d’ailleurs tout autant pour nous ! L’impression que nous allons donner pendant les premières minutes, voire même avant la formation (via le personal branding, notamment sur internet) est essentielle : c’est notre légitimité qui est en jeu. Suis-je crédible ? Quel est mon niveau de capital sympathie et de capital confiance ? Plus l’on part sur de bonnes bases, plus le reste de la formation sera facile. Ou plus nous allons ramer.


Mais alors, concrètement, comment réussir cette entrée en scène ? Pour résumer : court, simple, actif, utile.


Faire court. Mon conseil : maximum 5 minutes. Si c’est plus, alors c’est une activité à part entière.

👉 Exemple d’icebreaker : la fameuse météo, qui fonctionne toujours ! Demander à chaque participant de donner sa météo (soleil, pluie, etc). En quelques minutes chaque participant a pris la parole, et en plus vous avez une idée de la motivation de chacun !


Faire simple. Vous trouverez sur internet plein d’icebreakers très élaborés. Je vous déconseille de vous lancer dans des activités trop complexes. Vous risquez de perdre une bonne partie de votre audience. Au lieu de ça, misez sur la simplicité !

👉Exemple d’icebreaker : le photolangage. Vous posez une question à vos apprenants (par exemple : comment vous sentez-vous par rapport au sujet abordé ?), puis vous proposez plusieurs images. Chaque apprenant choisit une image, celle qui lui correspond le mieux. La parole se libère et vous utilisez plusieurs sens.


Faire utile. Plus votre icebreaker sera en adéquation avec la thématique de votre formation, plus les participants y verront un sens, et plus leur engagement sera important.

👉C’est aussi le moment d’annoncer la promesse de la journée. Ayez confiance en vous, votre formation apporte de la valeur ! Fabrice Gibert, formateur et dirigeant de Agir plus concrètement (A+C), commence chacune de ses interventions par la même phrase : “Je vous invite à attendre beaucoup de cette journée”. Il se conditionne lui-même à la réussite, mais aussi ses apprenants. Et ça fonctionne ! Le message est clair : si vous êtes présent à 100%, votre ROI sera important.


Faire actif. Miser sur le mouvement, sur la participation, c’est encore un essentiel. Surtout après la pause déjeuner, quand le corps est en pleine phase de digestion.

👉 Sans aller jusqu'à faire faire un grand huit aux apprenants, un simple High Five challenge (chaque participant doit claquer dans les mains de chaque participant en moins d’une minute) fait toujours son effet. Et en plus c’est fun ! A vous de vous transformer en animateur ou en coach lorsque nécessaire.


Notez que la plupart des icebreakers sont réalisables sur un format distanciel. Le chat est ici votre allié : il s’agit d’inviter vos apprenants à participer à l’écrit et à l’oral, de sorte à les engager le plus possible. Notez aussi que sur une journée de formation, vous pouvez parfaitement prévoir plusieurs icebreakers. L’attention baisse rapidement, à vous de remotiver et d’impliquer à nouveau les participants quand cela vous semble nécessaire. Avec les mêmes règles : court, simple, actif et utile.


Vous l’aurez compris, votre entrée en scène est un moment crucial qui va déterminer en partie la réussite de votre formation. Si plusieurs techniques et outils existent, l’important reste de commencer avec la bonne intention et la bonne énergie. A vous de jouer les artistes !


Comments


bottom of page